CITY GUIDE LYON

Balade au cœur des édifices emblématiques de Lyon...

PAR : CATHERINE CERVONI | 24.10.2014 |
Balade au cœur des édifices emblématiques de Lyon...

Le vieux Lyon, sur la rive droite de la Saône est un des plus beaux quartiers de la ville. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir la place St Jean et la rue du même nom, de vous dévoiler quelques brides de son histoire et d’aller à la rencontre des plus emblématiques édifices colorés à l’architecture ouvragée qui font le charme de ce lieu unique. Marqué par l’époque médiévale et celle de la Renaissance, ce sont de pures merveilles qui nous font voyager dans le temps. A vos appareils photos !

Un peu d’histoire

Dès le Moyen-âge, le Vieux Lyon devient le centre culturel, commercial administratif et religieux de Lyon. Il connaît son apogée à la Renaissance et ses quatre foires annuelles attirent les riches marchands et banquiers de toute l’Europe, notamment de l’Italie. Plusieurs s’établiront à Lyon et y laisseront leurs empreintes comme les Gondi, les Médicis et les Gadagne.

Les guerres de religions en 1562 mettent fin à la prédominance commerciale et culturelle de la ville. En 1564 la peste fera des ravages et le centre politique de la ville s’installera en presqu’île. Délaissé le Vieux Lyon tombera en ruine et sera menacé de destruction. Ce n’est qu’en 1964, qu’André Malraux alors ministre de la culture prendra la décision d’en faire le premier secteur sauvegardé classé en France. Sa restauration va alors commencer avec une rare fidélité grâce à l’Association Renaissance du Vieux Lyon. Il est dorénavant inscrit au Patrimoine de l’UNESCO depuis 1998.

Vieux Lyon

La cathédrale St Jean et ses abords

La visite commence par la cathédrale St Jean située sur la place qui porte nom. Sa construction durera deux cent cinquante ans (fin XIIème siècle – XVème siècle) ce qui explique la différence des styles architecturaux.

Cathédrale de St Jean Lyon

Sa façade gothique comprend trois portails et trois cent cinquante bas-reliefs finement sculptés. Semblables à de la dentelle de pierre, ils retracent la vie de l’époque sur fond de bestiaires et de représentations ésotériques. Le chœur et l’abside sont romans et le transept gauche abrite une très belle horloge astronomique qui date de 1383. Elle a conservé son mécanisme d’origine qui déclenche l’apparition d’une série d’automates dans un ballet musical plusieurs fois par jour.

A droite, jouxtant la cathédrale, la Manécanterie passe pour être le plus ancien bâtiment civil médiéval. Elle a servi de réfectoire aux religieux et d’école de chant come son nom l’indique. Sa façade est ornée d’arcanes sculptés supportées par des colonnes, quelques statuettes et des ronds et losanges de briques rouges qui égayent la pierre blanche.

Egalement adossé à la cathédrale se trouve le palais St Jean ou Palais de l’Archevêché (XIIIème siècle). Sa cour d’Honneur donne sur la place Adolphe Max et sa tour d’angle gothique sur la Saône. Après avoir connu des rois, papes et cardinaux il abrite aujourd’hui la bibliothèque de l’arrondissement et l’académie des sciences et des arts.

A gauche de la cathédrale on peut voir le jardin archéologique et les vestiges de deux autres églises dont l’arche gothique de celle de Ste Croix ainsi que la citerne octogonale du baptistère de celle de St Irénée.

Au cœur de la rue St Jean

La rue St Jean qui débute sur la place de la cathédrale est constituée de joyaux architecturaux historiques. Façades avec fenêtres à meneaux, portes en bois cloutées surmontées de blasons, galeries à arcanes ouvertes sur des cours, traboules donnant sur le quai Romain Rolland en bord de Saône ou sur la rue du Bœuf … nous ramènent à l’époque de la Renaissance italienne.

Fenêtres à meneaux St Jean

En cheminant rue St Jean vous allez croiser la rue Bombarde qui va vous révéler le jardin, les harmonieuses galeries ocres et roses et les fenêtres à meneaux finement sculptées de la Maison des avocats (au n° 60) devenu le musée de la miniature et du cinéma. Cette ancienne auberge (fin XIVème siècle) a été reconstruite dans le style renaissance à la fin du XVI.

Quelques mètres plus loin se situe la maison de Jean Gay (n° 58) un ancien magistrat du XVème siècle. Maison gothique de 1406 remise au goût du jour en 1528 elle cache une cour intérieure derrière une massive porte de bois ornée d’un magnifique puits vouté avec trois coquilles renaissance.

Au n° 52, un couloir mène à l’ancienne demeure de l’imprimeur Guillaume Leroy (XVème siècle) dont le rez-de-chaussée dans la cour est occupé par « la Mandragore ». Cette boutique médiévale vend des tenues et accessoires du moyen-âge assez surprenants.

La maison du Chamarier est un exemple de transition entre les styles gothique et renaissance (au n° 37). Elle a été construite de 1496 à 1529 par le chanoine-comte François d’Estaing. Le chamarier était un grand dignitaire du chapitre de la cathédrale en charge de la sécurité, de la justice et de la voirie. Vous pourrez admirer un escalier à vis, une tour octogonale encadrée par des galeries dont l’une d’entre elle affiche un superbe dôme décoré en écailles. Pour découvrir ceci il suffit d’entrer dans la cour qui recèle un puits avec une coupole surmontée d’un lion sculpté et une fontaine construite en forme de niche.

Maison du Chamarier

Le Musée Gadagne est le plus important édifice de la Renaissance. Construit par de riches Piémontais de 1511 à 1525 il accueille aujourd’hui le musée historique de la ville et celui international des marionnettes. On peut y voir un puits sculpté, de très belles fenêtres à meneaux en bois et plusieurs étages de galeries avec des arches surbaissées à clef de voûte.

De nombreux autres édifices et immeubles ponctuent le Vieux Lyon nous charmant par leur beauté et si après ces déambulations sur les pavés lyonnais, vous avez envie de vous reposer un peu,vous trouverez de nombreux cafés et snacks accueillants.

Mon coup de cœur revient au glacier artisanal « Terres Adélice » et leur terrasse ombragée de la place de la Baleine. Vous aurez le choix entre une centaine de parfums tous plus originaux et savoureux les uns que les autres : cannelle, bergamote bio, caramel crème salée, chocolat …

Si vous êtes plutôt cocktails, le Florian, à quelques pas est le lieu idéal. Le Virgin Mojito, sans alcool est un régal et mêle avec bonheur jus de pamplemousse, menthe fraîche cranberry et jus de citron.


ARTICLES SIMILAIRES

Focus sur les cryptes du Lyon sous-terrain
Quand Lyon « Traboule »...
Peintures Urbaines : un Art Lyonnais

-----

Découvrez nos Bons Plans Culture à Lyon !

Only Cath
PAR : Catherine Cervoni Only Cath

Lire l'interview de Catherine

Catherine est née et a toujours vécu à Lyon. Aimant cette ville, elle s'intéresse à sa vie culturelle, ses loisirs, ses expositions et à tous les évènements qui animent Lyon. Elle a créé un blog Only Cath sur lequel elle présente ses coups de cœur.

{}